Les milles visages de la « Garde Nationale » (citoyens réservistes au service du pays)

La « Garde Nationale », née après les attentats de 2015 qui ont frappé la France, réunis les réservistes – de tous âges et de toutes conditions sociales – qui donnent de leur temps (35 jours par an en moyenne) et de leurs compétences, aux Armées (à la police et à la gendarmerie aussi). Plus de 70 000 personnes, dont plus de 20% de femmes, rendent ainsi service au pays, en toute discrétion la plupart du temps. Leur rôle va s’accroître, dans les mois et les années qui viennent, a assuré la Ministre des Armées, Florence Parly, et la Secrétaire d’Etat auprsè du Ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq – chargée notamment du « lien Armées-Nation » – à l’occasion des Assises de la Garde Nationale, qui ont près de 500 personnes à l’Ecole Militaire.

Voici ici le clip de cette Garde Nationale, qui présente en images quelques uns des milles visages de ces réservistes, visages d’un civisme en action concrète pour le pays et la sécurité des Français.

– Le lien ici pour visionner le Clip 2018 de la Garde Nationale

Garde Nationale le Clip 2018: 20% des réservistes sont des femmes. De multiples compétences au service du pays. Un pourcentage amené à progresser encore dans les mois et les années à venir.

La Ministre des Armées, Florence Parly, a ouvert les Assises de la Garde Nationale (le 13 oct dernier), et loué l’engagement des 72 300 réservistes réunis, depuis 2015, en « Garde Nationale ». Ces citoyen(ne)s ont « le visage du don de soi, de l’engagement, de l’humanité et du service » a-t-elle souligné, en annonçant un alignement progressif des statuts de ces réservistes avec celui des professionnels des Armées. Florence Parly l’a précisé: il s’agira d’assurer « une égalité à la fois de traitement, d’équipement et de considération » pour ces citoyens et citoyennes exemplaires dans le don de leur temps et de leur compétence.

Florence Parly aux jeunes: « ne soyez jamais

des spectateurs passifs » (des événements)

S’adressant particulièrement aux plus jeunes, elle a relevé « leur désir de se donner pour une cause qui leur est chère et qui les dépasse ». Et de lancer : « Ne soyez jamais des spectateurs passifs (des événements). Soyez des acteurs! La France a besoin de ce lien de solidarité et de cohésion » que porte la jeunesse, a conclu la Ministre des Armées.

La Ministre des Armées, Florence Parly, a précisé que les réservistes devront, à l’avenir, bénéficier d’un statut égal à celui des professionnels des Armées. Une question de principe, et de considération.

En clôture des Assises, après deux heures de réflexions et d’échanges en tables rondes, la Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq a aussi tenu à saluer l’exemplarité des réservistes, de tous âges et de toutes origines, qui tranchent avec « l’individualisme et le zapping » qui caractérise, parfois a-t-elle relevé, les sociétés contemporaines et limitent les engagements durables. Evoquant l’avenir du SNU (Service national universel) qui, à terme, doit concerner toute une classe d’âge, Geneviève Darrieussecq a tenu à souligner l’importance de ce projet de réforme – pour l’instant au stade de consultations citoyennes – le qualifiant de « projet de société, marqueur de cohésion nationale ». Le SNU sera principalement porté par le Ministère de l’Education Nationale de Jean-Michel Blanquer, mais aura à l’évidence besoin d’un actif portage interministériel, tant les parties concernées (ministères, directions administratives, agences publiques, nombreux acteurs de la société civile aussi) sont nombreuses à relier pour cet objectif ambitieux.

Le ministère des Armées n’était par très demandeur pour porter principalement le SNU: question de priorité pour ce ministère, dont les missions « dures » – les opérations extérieures, l’opération Sentinelles sur le sol national, la modernisation des matériels et des capacités de défense, par exemple en matière de Cybersécurité – sont d’ampleur et tendent à mobiliser naturellement tous les effectifs et toutes les énergies. Les jeunes, dont l’apprentissage aux questions de Défense sont très faibles en France depuis la fin de la conscription (1998), relèvent plus naturellement du ministère de l’Education nationale, même si ses effectifs sont loin d’être extensibles (et par ailleurs eux-mêmes sensibles aux enjeux de Défense). Le volontarisme, présidentiel notamment, va devoir sans doute être de longue durée…

Sur le plan opérationnel, la Garde Nationale, forte de ses 72 000 réservistes, dirigée par la Générale de brigade Anne Fougerat, sera sans doute l’une des importantes « parties prenantes » à associer étroitement, avec l’Agence du Service Civique naturellement (présidée par Yannick Blanc), au développement futur de ce SNU, que les autorités publiques souhaitent faire monter en puissance sans trop tarder. En étape complémentaire de la remise en février dernier du « rapport SNU » par le Général Ménaouine – qui coordonnait le groupe de travail souhaité par le chef de l’Etat et qui dirige actuellement, au Ministère des Armées, la Direction du Service national et de la Jeunesse (DSNJ) – la période actuelle privilégie la consultation citoyenne des jeunes eux-mêmes: pour qu’ils puissent donner leur avis, notamment sur la période d’un mois, qui sera à terme rendue obligatoire pour tous les jeunes d’une même classe d’âge. Un tronc commun d’une expérience civique, unique et partagée, qui doit renforcer en France l’apprentissage de la Citoyenneté et la promotion des valeurs de la République, la transmission de valeurs communes et des fondamentaux de la Défense (civile et militaire). Tout ceci reste à préciser, pour une mise en oeuvre à la fois concrète et budgétée, rapide et réussie, dans les mois et les années qui viennent.

JPM

(octobre 2018)

La Secrétaire d’Etat auprès du Ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, en charge notamment des Anciens Combattants, de la Mémoire et du lien Armées-Nation. A son arrivée, à l’amphithéâtre Foch (Ecole Militaire), pour les Assises de la Garde Nationale (samedi 13 octobre dernier).

 

Les réservistes, un engagement sans doute d’avenir pour de nombreux citoyens en France.

 

Au-delà des barrières d’âges ou de professions, l’engagement dans la Garde Nationale permet de mettre ses compétences au service de l’intérêt général.

 

De multiples secteurs de compétences sont couverts par les réservistes, qui apportent un appui substantiel aux forces Armées et de sécurité nationale. Un atout face aux menaces, terroristes notamment. La « Garde nationale » a été instauré en 2015, après la vague d’attentats.

 

 

 

Les commentaires sont fermés.