Etre réserviste dans la Garde Nationale: témoignages d’une jeune, d’un retraité, d’un dirigeant d’entreprise, de la Générale qui coordonne…

Les réservistes, qui se mettent au service des Armées, de la Gendarmerie, de la Police nationale, sont de plus en plus nombreux en France et ont été regroupés en « Garde Nationale ». Ils sont plus de 75 000, ces citoyens et citoyennes à donner de leur temps, en moyenne 30 jours par an, pour une certaine idée de l’engagement civique pour le pays, sa Sécurité. Les fonctions et les profils sont très divers. La Revue Civique, à l’occasion des Assises de la Garde Nationale, a demandé à quelques uns d’entre eux de nous dire le sens qu’il donnait à ce type d’engagement.

Ingrid Lamri, jeune et brillante diplômée, explique ici l’intérêt de l’engagement des réservistes ou au sein du futur service national universel (SNU), pour les jeunes, pour leur apprentissage du vivre ensemble et leur quête de sens.

Jeune retraité de l’Armée de l’Air, l’adjudant chef Pascal Pelluchon donne régulièrement de son temps, pour faire partager le fruit de son expérience, le poursuivre le sens de son engagement et, par l’accompagnement des militaires de carrière, « transmettre le flambeau » dit-il.

Membre du comité exécutif d’une grande entreprise (Enedis), Jean-François Vaquieri, Colonel de réserve dans la Gendarmerie, croit au « lien Armée-Nation », dans les valeurs partagées et « la fertilisation croisée » des compétences, entre les services publics de Sécurité et les entreprises.

La Générale Anne Fougerat, issue de la Gendarmerie, est Secrétaire générale de la Garde Nationale, qui regroupe tous les réservistes de France. Ils étaient environ 75 000 (fin 2018), ces citoyennes et citoyens à donner de leur temps pour le pays. Un nombre qui monte en puissance, souligne la Générale, qui répond aussi aux questions de La Revue Civique.

Etre réserviste: un engagement sans doute d’avenir pour de nombreux citoyens. Les réservistes ont été regroupés en « Garde Nationale » depuis les attentats de 2015 qui ont frappé la France. Des toutes conditions et pour diverses missions, ils étaient plus de 75 000 fin 2018.

-Les dernières conventions d’entreprises (dont Veolia, Enedis) favorisant l’engagement des réservistes

Signature des nouvelles conventions d’entreprises (dont Veolia, Enedis) pour les réservistes. Ici la Générale Anne Fougerat et Antoine Veolia, Président de Veolia, en présence notamment de Geneviève Darrieussecq, Secrétaire d’État auprès de la ministre des Armées.

-La Garde Nationale, des réservistes aux mille visages (l’article de La Revue Civique au moment des Assises de la Garde Nationale)

Les commentaires sont fermés.