Un net penchant français. L’enquête Cevipof-Sciences Po mesure une société de méfiance.

L’enquête d’opinion annuelle du Cevipof (centre d’études de la vie politique française), le laboratoire de Sciences Po, « baromètre de la confiance politique » est titré cette année 2020: « En qu(o)i les Français ont-ils confiance aujourd’hui ? » La question est en effet pertinente, aux vues des résultats de cette vaste étude réalisée par OpinionWay avec le soutien de l’institut Montaigne, Terra Nova, la Fondapol et la Fondation Jean Jaurès.

Quelle est d’abord pour les Français leur « confiance personnelle et dans la société »? C’est le premier chapitre de questions posées aux sondés (un panel représentatif de 2000 personnes en France, et pour la première fois, comparaison très utile et instructive, deux autres panels de 1800 personnes, allemands et britanniques). Le palmarès des mots choisis par les Français est assez édifiant. Sur une liste de huit mots, trois sont placés en tête : 1/ méfiance 2/ lassitude 3/ morosité. On pouvait imaginer une coloration, disons, plus positive. L’état d’esprit dominant est bien celui-là.

Une auto-classification d’état d’esprit qui en dit long : ce qui domine est fait de méfiance, de lassitude et de morosité.

Mais alors, est-ce un passage à vide, un état d’esprit lié à la conjoncture (le sondage a été réalisé fin janvier/début février 2020) ? Pas du tout. Ce trio de mots est en tête de l’état d’esprit dominant depuis une dizaine d’années. L’intérêt de ce baromètre est aussi de tracer (et comparer) les tendances dans la durée. Et le graphique ci-dessous montre bien, au-delà de légères variations, que la méfiance et ses deux mots voisins négatifs se sont installés en tête de gondole des tendances d’opinion en France depuis 2010. Les variations politiques par exemple (et trois présidences successives) n’y ont quasiment rien changé.

Une constance, dans la tendance: sur 10 ans.

Bon, mais on retrouve peut-être méfiance, lassitude et morosité, chez nos voisins européens, dans deux grands pays comme l’Allemagne et la Grande Bretagne ? Pour la première fois, la comparaison est faite dans ce baromètre, et la réponse (cf le graphique ci-dessous) isole les Français dans une forme de négativité toute singulière. Le palmarès pour les Allemands et les Britanniques ? 1/ Sérénité (très nettement en tête; avec 47% des citations chez nos voisins allemands, 46% des nos voisins Britanniques) 2/ Bien-être (31% et 21%) 3/ Confiance (16% et 19%). L’écart de psychologie collective est net, c’est même un grand écart. La méfiance et morosité est bien une particularité française.

Le mot qui arrive largement en tête chez nos voisins allemands comme britanniques : la « Sérénité ». Un contraste avec ce qui ressemble à une anxiété typiquement française.

Une série de résultats vont dans la même direction, par exemple quand est posée la question : « D’une manière générale, direz-vous ‘On peut faire confiance à la plupart des gens’ ou ‘On n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres’. La réponse collective française est tranchée, sans ambiguïté ou équilibre: une très large majorité, de 66% des sondés, basculent : ‘On n’est jamais assez prudent (la méfiance toujours, donc) quand on a affaire aux autres’. Elément relativement rassurant quand même: la situation était encore plus nette, en méfiance, par exemple en décembre 2016 (73%) ou décembre 2013 (75%).

Deux Français sur trois estiment que « d’une manière générale, on n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres ».

La défiance, mesurée précisément par d’autres chapitres de cette grande enquête, vise et touche on le sait la politique et les politiques en général. Mais le syndrome est général en ce domaine. Non seulement « l’esprit de confiance » est rare en France mais la défiance est pour partie un « esprit de méfiance » assez généralisé, qui est une tendance psychologique de société avant, ou en même temps que, d’être une tendance politique. C’est un sujet qui concerne donc, bien sûr, tous les politiques qui doivent relever ce défi et redresser l’esprit de confiance des Français – sauf ceux, ou celles, qui misent sur, ou représentent, une forme de dépression française. Mais sans doute un sujet plus global, qui concerne tous les acteurs de la société, acteurs éducatifs, économiques, sociaux, culturels, médiatiques aussi qui ont à l’évidence un rôle majeur dans les représentations publiques des réalités.

Georges LEONARD

(mars 2020)

-Le lien vers les résultats complets du « baromètre de la confiance » 2020 Cevipof-Sciences Po – OpinionWay

Partager cet article avec vos amis
Cacher les boutons