Le «radical» a battu «le rassembleur»; et de grosses interrogations resteront longtemps posées (JP Moinet)

Les primaires de la droite et du centre ont battu le record de la participation civique (avec plus de 4,3 millions de citoyens votants), ce qui ne peut être qu’une réjouissance pour la démocratie, en même temps qu’elles ont battu tous les pronostics qui, pendant des mois, annonçaient un duel de favoris : Juppé contre Sarkozy.

Le candidat Fillon de « la radicalité », libérale et conservatrice, l’a largement emporté, en sortant de l’ombre d’une relégation, où les sondages l’avaient longtemps placé, à l’abri des regards et des débats, en quatrième position : derrière le candidat du « renouveau », Bruno Lemaire, qui a fini à moins de 2%…

Cette situation ombrageuse ne convenait d’ailleurs pas trop mal à François Fillon. Elle lui correspond assez bien même. François Fillon n’a  jamais aimé l’exposition médiatique. Homme discret, faussement timide, l’ancien Premier ministre et « collaborateur » de Nicolas Sarkozy cinq ans durant (2007-2012) était ainsi moqué par le premier cercle des sarkozystes : « François fuyons », surnom repris à loisir depuis par les lepénistes qui cherchent à stigmatiser son apparente transparence.

Ce défaut de transparence ou plutôt d’opacité s’est transformé en atout majeur, dans la campagne éclair de la dernière ligne droite des primaires. Personne, ni dans l’équipe  de Juppé, ni dans celle de Sarkozy, ne l’a venu venir dans le rétroviseur. Et son surprenant surgissement a permis, avec son profil de candidat sage et bien élevé, de faire finalement consensus : pour éliminer le tonitruant bateleur Sarkozy d’abord, le classique rassembleur Juppé ensuite.  Entre eux deux, et à une vitesse accélérée qui n’a pas laissé le temps de faire toute lumière sur toutes ses options et l’ampleur de son programme,  le candidat de « la radicalité assumée » s’est donc imposé.

(La question de Jean-Philippe Moinet, ici sur France24 le soir du 2ème tour des primaires : « la radicalité Fillon pourra-t-elle rassembler ? »)

De grands aspects de politique étrangère et européenne à éclaircir

Incroyable et incontestable exploit d’être ainsi en piste pour la présidence de la République, sans que les grands aspects de sa politique étrangère et européenne – qui constituent pourtant l’un des aspects les plus importants, le « domaine réservé », de tout chef de l’Etat en France – ne soient réellement évoqués avec précision et soumis à débat approfondi. Une zone d’ombre reste par exemple pleine et entière en ce qui concerne l’axe stratégique que François Fillon veut privilégier sur la scène internationale, à savoir un très net rapprochement avec la Russie de Poutine, le protecteur du dictateur syrien Bachar El Assad.

Il ne s’agit pas là d’une simple et légitime volonté de dialogue, que tout dirigeant doit naturellement avoir avec les grandes puissances du monde, y compris les moins démocratiques. Non, chez François Fillon, il s’agit bien d’une volonté de privilégier un rapprochement qui, à ses yeux, permettrait de ne pas s’embarrasser d’un double front politique en Syrie : entre la peste Daesh et le choléra Assad (qui a instrumentalisé la guerre contre l’islamisme radical pour consolider sa dictature, en allant jusqu’à faire tirer son armée contre son propre peuple), finalement, François Fillon explique, qu’il ne faut plus se soucier du choléra…

La russophilie filloniste induit également une proximité problématique avec l’Iran, et donc avec son bras armé dans la région, le Hezbollah qui, avec ses milices armés, prête main forte au régime syrien pour consolider ses positions et, au Liban, quadrille « ses » territoires en faisant régner une loi islamique aussi redoutable que menaçante. Pour toute une partie des populations libanaises concernées, et pour les populations du Nord d’Israël. Le rapprochement stratégique avec la Russie de Poutine et l’Iran des Ayatollahs n’est donc pas une affaire insignifiante, elle peut conduire, au mieux, à une sorte de Yalta cynique au Proche-Orient, dont le dictateur syrien sortirait grand gagnant, au pire, à un déséquilibre complet des forces en présence, pouvant fragiliser encore plus cette région devenu poudrière explosive.

Cet immense enjeu a été simplement effleuré, en quelques minutes, lors du dernier débat télévisé de l’entre-deux-tours des primaires, sans que le débat soit approfondi, sans que lumière soit donc faite. On dit que la politique étrangère n’intéresse pas les Français. Cela n’est plus vrai, depuis que le terrorisme de Daesh s’est invité sur notre sol. Les enjeux internationaux intéressent la Nation française.

Incroyable silence pourtant, aussi, sur l’enjeu européen. Alors que, depuis la rentrée de septembre, les débats politiques et médiatiques, du fait principal des orientations de Nicolas Sarkozy, se focalisaient symptomatiquement sur les questions dîtes « identitaires », l’une des questions les plus importantes d’aujourd’hui – quelle Europe voulons-nous ? – est restée totalement dans l’ombre des débats qui agitaient l’avant-scène. Cela pouvait peut-être arranger les compétiteurs : les pro-européens, comme Juppé, qui savent que l’euroscepticisme, voire l’europhobie, est répandue dans l’opinion française ; comme les ex-souverainistes, comme Fillon, qui savent que sortir de l’ambiguïté peut être réalisé à son détriment électoral…

L’habileté de Fillon, candidat furtif

Résultat : des pans entiers du programme européen de François Fillon, toujours concernant la nouvelle relation privilégiée qu’il souhaite instaurer avec M. Poutine, n’ont en rien été soumis à débat sérieux et approfondi. Quelle Europe voulons-nous, à l’heure où Trump, l’isolationniste et protectionniste américain, privilégie lui aussi un dialogue « constructif » avec Poutine ? L’Europe, qui risque d’être laissé à son sort sécuritaire futur par une Amérique tournée vers l’Asie et surtout elle-même, peut-elle s’exposer à une sorte de tutelle Trumpo-Poutinienne, sans s’inquiéter ? Les valeurs fondatrices de l’Union européenne, où figurent naturellement les valeurs démocratiques, ne sont-elles pas, à terme, en jeu si les Européens n’y prennent pas garde et veille à organiser leur propre défense, politique, militaire et « civilisationnelle » ?

Il est édifiant que tout cela, malgré la multiplication des débats télévisés (ils furent au nombre de 4) n’ait pas pu être largement mis en perspective. C’est bien sûr l’habileté tactique de François Fillon le furtif, d’être resté sous la détection des radars prévisionnels et ainsi à l’abri de beaucoup de questions, certes qui peuvent fâcher mais qui, du coup, restent posées pour longtemps.

Fillon Juppé Sarkozy

François Fillon a bousculé le duel Juppé-Sarkozy: il a surpris sans épuiser le débat

Car en effet, au-delà de cette victoire, précisément parce qu’elle est survenue avec surprise, de lourdes interrogations restent posées sur le candidat « radical » Fillon, qui a battu le candidat « rassembleur ». Oui, ces interrogations portent sur l’acceptabilité, par la société française et même en son sein par l’ensemble des électeurs de la droite républicaine et du centre d’un premier tour de présidentielle, des thèses libérales (la gauche dirait « ultralibérales ») présentées comme non négociables par François Fillon dans son programme. Comme ces trois mesures : la suppression de 500 000 postes de fonctionnaires, la fin d’une durée légale du travail, le non remboursement des soins ou médicaments dîts « de confort ».

Cette « radicalité » de la purge libérale, destinée à rétablir les comptes d’un Etat jugé « en faillite » (c’est le mot qu’employait déjà par François Fillon en 2007, quand il est arrivé à Matignon, un mot qui avait d’ailleurs mis hors de lui Nicolas Sarkozy), radicalité assumée comme une marque de fabrique politique, va-t-elle être durablement et surtout largement  acceptée, y compris à droite et au centre, le libéralisme n’étant culturellement pas l’orientation la plus partagée en France ? Le pays de Colbert est même, y compris à droite, encore imprégné d’une forte culture étatiste, le gaullisme ayant été aussi à l’origine des fondements de la Sécurité Sociale et du « modèle social français ».

La grande explication ne fait sans doute que commencer

JP Moinet était l'invité de France 24 aussi pour commenter le 1er tour de la primaire de la droite et du centre

Jean-Philippe Moinet, directeur de la Revue Civique, avait été l’invité de France 24 aussi pour analyser les leçons du 1er tour de la primaire ouverte de la droite et du centre.

On voit bien que ce sujet, qui a été abordé rapidement lors du dernier débat télévisé qui opposait François Fillon et Alain Juppé, est susceptible de faire l’objet d’âpres discussions et de réelles contestations. La gauche, politique et syndicale notamment, est bien sûr déjà la première à se réjouir du nouvel espace que lui offre le candidat Fillon. Le FN de Marine Le Pen, de son côté, a fait depuis longtemps de l’épouvantail libéral et de la mondialisation, un cheval de bataille qui a eu quelques succès dans les couches populaires de la population, notamment dans les régions de la désindustrialisation, comme le Nord/Pas-de-Calais ou la Lorraine.

Les illusions d’un Etat Providence hyper-interventionniste et « protecteur », on le voit bien, fait les grandes joies oratoires, avec des accents différents, à la fois de Marine Le Pen, de Jean-Luc Mélenchon et d’Arnaud Montebourg. Reposant sur les craintes (légitimes) d’une mondialisation sans règles et sans foi, ces discours sont situés aux antipodes des solutions libérales avancées comme un remède prometteur par François Fillon, pour réussir  le « redressement national ».  La grande explication, à la fois sur les méthodes et sur les mesures, ne fait donc sans doute que commencer.

Sur ce qui est nommé les « valeurs traditionnelles », catholiques affirmées aussi, mises en avant sans retenue dans sa campagne éclair par un François Fillon sans complexe, on a vu qu’elles avaient attiré le soutien actif des réseaux militants de « Sens commun » (et de la « Manif pour tous ») comme les applaudissements de l’ex-lepéniste Patrick Buisson  – « la révolution conservatrice » et traditionnaliste catholique lui convient parfaitement ! On peut donc également s’interroger sur la correspondance de ce positionnement « traditionnaliste » avec la réalité de la société française d’aujourd’hui, et encore plus de la société de demain.

Quelle conception de la Laïcité aussi, qui semble arranger quand il s’agit de brandir l’étendard républicain (à juste tire) quand  l’islamisme radical menace mais qui semble d’un seul beaucoup moins invoqué, quand il s’agit de mettre sa « foi » dans le débat public et de défendre des catholiques vendéens « de tradition » qui, contre l’élémentaire règle de la neutralité de la puissance publique, tiennent à ostensiblement placer des crèches dans les services publics (de mairies ou de départements).

Entre Ménard, Villiers ou Poisson d’une part, et les principes de la République d’autre part, F Fillon semble cultiver une certaine ambiguïté, la conception de la Laïcité relevant d’une géométrie variable qui, pour le moins, mérite débat. Celui-ci va-t-il avoir lieu, dans les semaines et les mois qui viennent ?

Fillon, sur le FN : plus près de Poisson (son soutien) ou de NKM ?

Egalement sur la conception filloniste des relations à établir, ou à exclure, avec le Front national, quelle thèse va-t-il finalement  choisir ? Va-t-il reprendre à son compte, sa propre déclaration qui consistait à dire qu’entre un candidat PS et un candidat FN, non seulement il ne faut pas choisir (c’est la thèse du « ni-ni », contestée par NKM) mais il faudrait finalement choisir entre… « le moins sectaire » ? Pourquoi a-t-il lui-même avancé, après la défaite présidentielle de Sarkozy en 2012, cette thèse du « moins sectaire » ? Pourquoi avoir laissé entendre que Marine Le Pen ou ses partisans pourraient être « moins sectaires » qu’Emmanuel Macron, Manuel Valls et leurs partisans ?  Souhaite-t-il laisser prospérer l’idée d’une entente entre gens « moins sectaires », pouvant inclure des élus ou cadres du FN ? Pourquoi la question ne lui a pas été posée ?

François Fillon, qui a été soutenu par Jean-Frédéric Poisson après le 1er tour des Primaires, partage-t-il la volonté de ce dernier, exprimée sans retenue  le 12 octobre dernier dans Valeurs Actuelles, qu’il faut mettre fin « au cordon sanitaire » qui sépare nettement le FN du parti LR ? Que dit le candidat radical des « valeurs françaises » quand il est soutenu, en coulisse mais activement, par les réseaux de Charles Millon, ancien Président de la région Rhône-Alpes, qui avait tenté une alliance avec le FN de Bruno Gollnish il y a près de 20 ans, comme par hasard figurer dans l’ombre parmi les soutiens actuels de François Fillon ? N’est-ce pas une marque de plus d’une ambiguïté érigée en stratégie politique ?

On le sait, et François Mitterrand l’avait amplement démontré, l’art de la conquête politique ne peut être faite que de bienfaisance et d’angélisme. Il n’en reste pas moins que les mois qui séparent la primaire de la droite de l’élection présidentielle ne seront pas simples pour le député de Paris. Ce qu’il n’a pas pu éclairer, avant son élection comme candidat LR de la « radicalité », reste en suspend et ouvre des espaces non négligeables à ses adversaires : au FN de Marine Le Pen, qui instrumentalise les peurs liées au libéralisme mondialisé ; à la gauche socialiste, qui peut se retrouvée revigorée, d’autant plus si le combattant d’une Laïcité complète, type MANUEL Valls, entre en scène ; et au centre, où Emmanuel Macron, comme François Bayrou, peuvent faire valoir un vision de la société moderne, réconciliée, où le principe d’ouverture (à la diversité, aux autres, à l’Europe) est central.

C’était peut-être aussi le sens de ces quelques mots d’Alain Juppé, au soir de sa défaite aux primaires, quand il a évoqué une certaine « idée de la France », la sienne, l’idée d’une France « apaisée », « rassurée », qui doit « donner une espérance » et être « tournée vers l’avenir ».  On le sent, on l’entend, et il faut finalement l’espérer,  le débat sur cet avenir est loin d’être clos.

Jean-Philippe MOINET,

Directeur de la Revue Civique, chroniqueur,

ancien Président de l’Observatoire de l’extrémisme

(28/11/16)

Les commentaires sont fermés.