Nous sommes dans « un moment Français » (Bernard Guetta)

Pour le chroniqueur de France Inter et analyste de la vie géopolitique Bernard Guetta, il y a sans doute actuellement « un moment Français, qui ne tient pas seulement » au talent et à l’agilité diplomatique d’Emmanuel Macron, de son Ministre de l’Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian, ou de la Ministre déléguée de l’Europe Nathalie Loiseau.

Bernard Guetta précise dans une chronique, en détail et avec arguments, en quoi « la France suscite une attente« , en Europe en particulier, mais dans le reste du monde aussi.

Les instabilités ou agitations suscitées par Donald Trump ont réduit le champ de la référence américaine. Vladimir Poutine, lui et le système autocratique et militarisé russe, ne cessent d’inquiéter en Europe et au Proche-Orient par leur jeu d’influence sur la dictature syrienne.

Voici ci-dessous cette chronique sur « le moment Français »:

« Jamais depuis longtemps la France n’avait été aussi attendue qu’aujourd’hui.

La liste est longue. En une escale au Qatar, Emmanuel Macron a finalisé, hier jeudi, la vente de 12 avions de combat Rafale et de 50 Airbus A321. Il s’est assuré que le métro de Doha serait français et a posé plus que des jalons pour la vente de près de 500 véhicules blindés Nexter.

Il a en tout signé pour 12 milliards de contrats ce qui n’est pas absolument rien pour l’économie française et l’a fait au terme d’une série de déplacements qui ont été autant de succès pour la diplomatie de la France. 

La veille, à Alger, il avait autant séduit les plus hauts responsables que les passants du centre-ville avec lesquels il avait souhaité le dialogue. En Afrique noire, son ping-pong avec les étudiants de Ouagadougou a dépoussiéré l’image de la France dans ses anciennes colonies et puis, avant, il y avait eu l’Arabie saoudite. 

Là-bas Emmanuel Macron a en quelque sorte exfiltré le Premier ministre libanais et consolidé d’étroits liens économiques et politiques sans pour autant, pas du tout, se brouiller avec l’Iran où il devrait se rendre dans les prochains mois.

On l’a déjà dit dans cette chronique mais il y a décidément un moment français qui ne tient pas qu’au savoir-faire d’un président et de son ministre des Affaires étrangères.

Il se trouve, d’abord, que les trois hommes qui occupent le devant de la scène internationale inquiètent à peu près tout le monde. M. Trump, inutile de développer, devient chaque jour plus préoccupant. M. Poutine est l’homme de l’écrasement d’Alep sous un tapis de bombes et de la première annexion territoriale commise en Europe depuis la fin de la Seconde Guerre. M. Xi, enfin, consolide méthodiquement la dictature de son parti, accroît sans cesse ses dépenses militaires et n’ambitionne que trop clairement de dominer l’Asie. 

Ces trois pouvoirs manquent, qui plus est, de solidité et c’est tout naturellement que la France suscite ainsi une attente dont les raisons sont claires. La première est que Révolution française, Déclaration des droits de l’homme, bonapartisme, Victor Hugo, gaullisme et vieille expertise du monde, la singularité de la saga française continue de parler au genre humain. La deuxième est qu’en se donnant un aussi jeune président elle a fait preuve d’une vitalité qui a stupéfait. 

Quant à la troisième raison pour laquelle tant de regards se tournent vers la France, elle est que c’est, en fait, l’Europe qui est attendue et que la France parait être aujourd’hui redevenue la boîte à idées de l’Union et sa locomotive. Or ce n’est pas faux puisque la Grande-Bretagne s’est elle-même retirée du devant de la scène et que les grands partis allemands débattent aujourd’hui de quoi ? De savoir s’il faut totalement suivre ou à moitié seulement les propositions européennes de la France. »

 

En savoir + :

Les commentaires sont fermés.