L’histoire de l’étudiante ingénue, devenue héroïque espionne (Sciences Po mène à tout, notamment en 1940)

L’histoire de cette exceptionnelle étudiante, Jeannie de Clarens, n’a pour le moment été racontée que par la presse américaine, le New York Times et le Washington Post. Sciences Po Paris fait le récit, dans sa lettre, d’une destinée rare d’une jeune femme héroïque, qui a pourtant modestement reconnu bien plus tard : « L’héroïsme n’est pas une question de choix, mais de réflexe. Cela relève du système nerveux central, pas du cerveau supérieur.” Sous le nom de « Amniarix », voici le récit de l’engagement hautement civique de cette femme, précisé par Sciences Po Paris, qui vient de donner à l’un de ses amphithéâtre le nom de cette discrète, qui devrait désormais devenir bien plus célèbre. 

……………………………………………………………………………….

Jeannie de Clarens, née Rousseau, première de sa promotion en juillet 1940, entame au sortir de la rue Saint-Guillaume une carrière d’espionne-interprète exceptionnelle. À 23 ans, elle a offert aux Alliés un des renseignements les plus précieux de la Deuxième Guerre Mondiale. Une véritable héroïne de “l’armée des ombres”, à qui Sciences Po rend aujourd’hui hommage en baptisant un des ses amphithéâtres à son nom.

C’est parfois au détour de la plus grande banalité que l’Histoire fait irruption. La dernière page du dossier, brillant et presque ennuyeux, de l’étudiante Jeannie Rousseau, n’en est que plus émouvante. Dans la neutralité administrative d’un courrier de l’automne 1940, la scolarité de l’Institut d’études politiques de Paris “rappelle” à son étudiante “que, du fait des événements (sic), vous n’avez pu passer en juin la totalité des examens que vous avez à subir pour le diplôme.” Nul ne sait alors de quoi ces “événements” sont le nom. Ni que ce feuillet dactylographié, qui n’a pas empêché Jeannie d’être diplômée première de la promotion 1940, s’adresse à celle qui deviendra l’une des plus grandes espionnes de Deuxième Guerre Mondiale. Une héroïne de l’armée des ombres : ses aventures, dignes d’un scénario de cinéma, ont éveillé la curiosité de reporters américains du New York Times qui lui ont rendu à sa mort en août 2017 un hommage (eng.) dont on cherche en vain l’équivalent dans la presse française.

Étudiante à Sciences Po à 18 ans,

espionne-interprète à 21 ans

C’est sous la monotonie d’un parcours académique sans accroc que se cache la romanesque destinée de Jeannie Rousseau, reçue à 18 ans dans la section Finances Privées de l’Institut, espionne à 21 ans dans le Paris occupé. Comment cette jeune femme à l’excellence aussi lisse que sa mise en plis a pu duper les Allemands et collecter des renseignements d’une valeur exceptionnelle sur leurs armes secrètes (V1 et V2), sauvant un nombre considérable de vies ?

D’abord, en parlant un allemand parfait, comme son anglais. La jeune Jeannie excelle en langues – ainsi que dans toutes les autres matières, de l’économie sociale aux assurances, en passant par “Formes moderne de la fortune mobilière”. Mais au-delà, “elle aimait à l’Institut  cette ouverture sur les cultures étrangères”, raconte son amie Claude du Granrut, qui l’a connue en 1946 et confie : “c’est grâce à Jeannie que j’ai fait Sciences Po ! Elle a tout fait pour que j’y entre. Elle avait adoré cet échange culturel permanent, et s’y était fait des amis très chers”.

Jeannie Rousseau excellait dans les langues: l’allemand comme l’anglais. Sa fausse ingénuité fit le reste, c’est-à-dire l’essentiel !

“Amniarix”, une recrue de choix

pour la Résistance

La maîtrise de l’anglais lui ouvrira, après-guerre, les portes d’une carrière d’interprète pour les institutions internationales. Dans le conflit, son allemand courant lui valut le meilleur comme le pire. C’est grâce à lui qu’elle entre dans la carrière d’espionne-interprète. À Dinard d’abord – où son père avait cru prudent de déplacer sa famille – elle officie entre les services locaux et les autorités allemandes, et communique tout ce qu’elle apprend sur les préparatifs de l’occupant. À Paris ensuite, où elle revient en 1941 et devient interprète pour une association d’hommes d’affaires, mettant peut-être à profit ses cours encore tout récents sur “Les grandes industries modernes” et “La politique commerciale des grandes puissances”? Toujours est-il qu’elle utilise son talent et sa ruse pour gagner la confiance des Allemands, jouant les naïves pour glaner des secrets militaires de la plus haute importance : “Je les regardais médusée, en leur répétant qu’ils ne pouvaient pas être sérieux quand ils parlaient de ces nouvelles armes plus rapides et qu’un avion, raconte-t-elle dans un article (eng.) du Washington Post en 1998. Soucieux de la convaincre, l’un des officiers ira jusqu’à lui montrer les plans des fusées, qu’elle enregistre dans sa mémoire photographique. “Mais à quoi bon accumuler des informations, si ce n’est pour les transmettre ?” résumait-elle comme une évidence.

Le scénariste du film de sa vie tient là une scène d’anthologie : le destinataire de ces précieuses informations surgit dans un train de nuit bondé filant à travers la France occupée. Il s’appelle Georges Lamarque, et a reconnu Jeannie malgré la faible lueur qui éclaire le couloir : c’est bien cette jeune femme si vive et si douée en langues étrangères qu’il a croisée à l’Institut d’études politiques avant le début de la guerre. Une recrue de choix pour le réseau de Résistance des “Druides” – affilié au réseau Alliance – qu’il a fondé. Elle accepte sans hésiter, et entame sa double vie sous le nom “d’Amniarix”.

Une force de caractère exceptionnelle

À ses dons en langues, il faut en effet ajouter au portrait, plus si lisse, de Jeannie, une intelligence exceptionnelle, remarquée par tous ses professeurs, comme Pierre Waline, en “Économie sociale”, qui commente ainsi ses deux exposés oraux de 1938 : “L’un est bon, l’autre presque trop bon. Parole facile, un peu trop rapide. Étudiante intelligente, évidemment plus douée pour l’exposé oral que pour un travail écrit, devrait donner mieux…”

Elle donna plus que mieux : une trajectoire exceptionnelle. Mais elle paiera très cher sa maîtrise des langues et de l’argumentation.  En 1944, elle est arrêtée au cours de sa tentative d’exfiltration vers Londres. Déportée à Ravensbrück, puis au camp de travail de Torgau, Jeannie prend la tête d’une fronde des détenues. Il faut imaginer cette jeune femme de 25 ans, d’une audace folle et mortelle, expliquer aux autorités d’un camp de concentration qu’en vertu de la Convention de Genève sur les prisonniers de guerre, les prisonnières ne pouvaient être forcées à fabriquer des armes. Son geste lui coûtera presque la vie. Enfermée au cachot de Ravensbrück, atteinte de la tuberculose, confrontée à une horreur qu’elle a grand-peine à raconter à ses propres enfants, c’est une mourante que la Croix Rouge suédoise libère en 1945. Elle survit à une opération de la dernière chance, et rencontre en convalescence un autre survivant, son mari Henri de Clarens, rescapé de Büchenwald et d’Auschwitz. Aucun mot d’allemand ne franchira plus jamais les lèvres de Jeannie. “Mais cela ne l’a pas empêchée d’inscrire ses enfants en section allemande à l’école !”, rappelle avec admiration son fils Pascal de Clarens. Prouvant que son goût pour l’ouverture résista à tout, même à l’indicible.

Jeannine Rousseau, décorée de la Médaille de la Résitance et de la Croix de Guerre.

“L’héroïsme, c’est une question de réflexe”

Devenue interprète de haut niveau pour les Nations Unies et d’autres organisations internationales, Jeannie de Clarens a décliné presque toutes les demandes de journalistes et d’historiens après la guerre. “Les gens voulaient oublier, déclare-t-elle aux journalistes du Washington Post en 98. Les gens ne voulaient pas savoir.” Des décennies plus tard, elle accepte en 1993 de recevoir la Seal Medal des mains du Directeur de la CIA, R. James Woolsey. Décorée de la Médaille de la Résistance et de la Croix de Guerre, elle est nommée grand officier de la Légion d’honneur en 2009. Dans ses confidences au Washington Post, unique et précieux témoignage publié, elle botte en touche sur la question du sens de son engagement. “Pourquoi je l’ai fait ? Je l’ai juste fait, c’est tout. Comment aurais-je pu ne pas le faire ? L’héroïsme n’est pas une question de choix, mais de réflexe. Cela relève du système nerveux central, pas du cerveau supérieur.”

On l’imagine sans peine, levant un sourcil ironique à l’idée de figurer au fronton d’un amphithéâtre. Gageons que ses bons souvenirs de la rue Saint-Guillaume lui auraient fait pardonner à Sciences Po de briser ce trop long silence. En attendant le jour où un scénariste curieux dénichera son histoire ?

(janvier 2019)

 

Partager cet article avec vos amis
Cacher les boutons