Inquiets, les Français veulent une démocratie plus participative et vivante

Voici les résultats d’une étude particulièrement riche d’enseignements, l’Observatoire de la démocratie Viavoice-Fondation Jean Jaurès-La Revue Civique, réalisé avec France Inter, LCP et La Presse régionale. Une étude passionnante qui vient éclairer sous un nouveau jour la perception de la démocratie par les Français et leurs souhaits de réformes: ceux-ci sont, on le sait, critiques envers « LES » politiques mais ils ne rejettent pas pour autant « LA »  politique, bien contraire. Les citoyens voudraient simplement qu’elle soit mise en mouvement autrement. Ils sont très attachés (à 91%) à la démocratie mais sont aussi très inquiets : 72% des Français estiment même que la démocratie « pourrait être vraiment remise en cause dans les années à venir ».

……………………………………………………………………………

Les Français  sont donc à la fois très attachés à la démocratie, très inquiets et exigeants pour l’avenir. Ils aspirent à de nouvelles pratiques participatives. La démocratie se trouve peut être en danger pour 72 % des Français. Cet Observatoire de la Démocratie révèle une volonté de la défendre et de remédier à la « fracture civique », visible depuis des années, qui séparent les citoyens de leurs élus. Ils veulent une série de mesures concrètes et apprécieraient que soient développées de nouvelles pratiques, de nature à ressourcer la démocratie.

L’ « esprit du 11 janvier » n’est peut-être pas tout à fait éteint. Les Français restent – on pourrait dire viscéralement – attachés à la démocratie : 91 % d’entre eux déclarent ainsi que la démocratie est importante pour eux, voire « très importante » (pour 61 %). Leur inquiétude est chiffrée : 72 % de nos concitoyens pensent que la démocratie « pourrait être vraiment remise en cause dans les années à venir ». Selon eux, la menace provient à la fois de l’extrémisme politique (sous ses diverses formes, extrême droite, extrême gauche), de l’extrémisme religieux (islamisme radical) et du comportement des politiques eux-mêmes, qui alimentent le « mal démocratique » et le risque d’aggravation de la « fracture civique ». Face à ces menaces plurielles, l’opinion publique n’est pas à court de solutions et de réformes envisagées. Qu’elles soient institutionnelles, électorales ou liées à de nouvelles formes d’engagement politique, elles visent les mêmes buts : par la participation, rapprocher le citoyen de la démocratie en même temps que les citoyens entre eux (« refaire société »), encadrer (contrôler) les élus ; et encourager un dialogue presque permanent, par des consultations notamment, entre les citoyens et les institutions qui les représentent.

Inquiétudes sur la remise en cause de la démocratie

1/ Premier registre de solutions : une démocratie plus participative

Le recours plus fréquent au référendum : une majorité de Français (55 %) pensent que « multiplier » les référendums serait « utile à la démocratie », en particulier sur des thèmes assez inattendus: l’aménagement du territoire (64 %), les politiques sociales (63 %), l’éducation et la santé (62 %). Le recours à des référendums d’initiative populaire, introduit dans la Constitution française en 2008, est aussi plébiscité par les trois quarts des Français (75 %) ;

Le recours plus fréquent à de simples consultations citoyennes, notamment en ligne (71 %) est également considéré comme un bon moyen de régénérer la démocratie

Cumul des mandats

2/ Deuxième registre de solutions : mieux contrôler les élus

Parmi les mesures très appréciées, le non-cumul des mandats est considéré comme prioritaire : 78 % des Français estiment qu’ « imposer aux élus de ne détenir qu’un seul mandat à la fois » serait utile à la démocratie, cette mesure apparaît même comme la plus importante et la plus attendue aux yeux des Français.

Le « contrôle » de l’action des institutions comporte d’autres mesures appréciées :

La limitation du nombre de parlementaires est jugée souhaitable par 86 % des personnes interrogées;  64 % des Français pensent aussi qu’il serait utile pour la démocratie de « permettre à une assemblée de citoyens de démettre des élus »,

-Les réformes institutionnelles souhaitées vont essentiellement vers une diminution du pouvoir des Assemblées (surtout du Sénat, pour 43 % des Français) et surtout vers une forte clarification de leur rôle autour de missions bien définies (43 % et 44% souhaitent une clarification des rôles respectifs de la Présidence de la République et du Gouvernement).

La réforme du mode de scrutin est également très appréciée, comme un élément d’amélioration de la démocratie représentative, le clivage gauche-droite n’étant pas toujours reconnu comme représentatif.

-En dépit (ou du fait) des Primaires, des partis politiques apparaissent de plus en plus dépassés. Le système politique français est jugé trop partisan.

Sur le plateau de France 24

Jean-Philippe MOINET sur le plateau de FRANCE 24

3/ Troisième registre de solutions : « Refaire société »

L’Observatoire de la Démocratie révèle aussi une forte demande de réappropriation du débat public par les citoyens. Une défiance touche LES politiques (surtout au niveau national) mais l’opinion a une appréciation positive de LA politique. Cette volonté, exprimée par les attentes de référendums et de consultation, fait aussi écho à de nouvelles formes de participation citoyenne: manifestations civiques de janvier 2015, pétitions en ligne, « mouvements » se positionnant en dehors des partis traditionnels, etc…

Dans ce contexte, six Français sur dix (60 %) pensent qu’il serait utile de promouvoir l’engagement politique citoyen en dehors des partis traditionnels. Si seuls 15 % des Français envisagent de militer dans un parti politique, 32 % pourraient participer à un mouvement politique hors parti, et 37 % militer dans une association, une ONG ou un syndicat.

Tous ces éléments sont de nature à inspirer les plus hauts responsables politiques pour favoriser des mesures et surtout de nouvelles pratiques allant dans le sens du développement la participation civique.  Sans doute une manière de faire face aux défiances, instrumentalisées par tous types d’extrémisme.

L’ensemble des résultats de l’Observatoire de la Démocratie Viavoice-Fondation Jean Jaurès-Revue Civique avec France Inter, LCP, La Presse Régionale

La notice technique de l’étude

Le dossier de France Inter sur cette étude

Quel avenir pour notre démocratie ? Dans le 7/9 de Patrick Cohen, sur France Inter, avec notamment Gilles Finchelstein, directeur de la Fondation Jean Jaurès

L’interview de Jean-Philippe Moinet sur France Inter (crédit Frédéric Métézeau pour Radio France)

L’article de Public Sénat 

L’article de L’Obs : Comment les Français veulent rénover la démocratie

L’interview de Jean-Philippe Moinet dans Midi Libre

Le débat (voir la vidéo par ce lien) sur LCP « Politique Matin », avec Jean-Philippe Moinet invité de Brigitte Boucher 

L’article du Huffington Post

L’article de We Demain

« Vous voulez une démocratie plus participative », La Depeche.fr

L’article du Télégramme

Atlantico « La démocratie est importante pour 91% des Français »

External_BrandSite_Frame_01

 

 

Pour aller plus loin :

► La synthèse d’une étude de Harris-Interactive sur la représentation de « l’engagement » par les Français

Les résultats complets de l’étude Harris-Interactive sur la représentation de «l’engagement» par les Français

Partager cet article avec vos amis
Cacher les boutons